Les différents modes de transport de fret

Mer, route, fluvial, fer, air, les cinq modes de transport sont présents en Occitanie.

Les critères de choix privilégiés par les chargeurs influent cependant sur les offres de service respectives et aboutissent à une mobilisation inégale des infrastructures disponibles. Différents critères affectent en effet la compétitivité relative d’un mode de transport par rapport à un autre : recherche du moindre coût, fiabilité des services et des infrastructures (délais, disponibilité des sillons…), souplesse d’acheminement, capacité ou non à acheminer des marchandises de natures très diverses, adaptation aux aléas, sécurité, traçabilité, etc.

Les modes de transport en Occitanie

Le mode routier

Au niveau national :
Le transport routier intérieur a transporté 317 milliards de tonnes-kilomètres en 2018. La part du pavillon français dans le transport routier intérieur ne baisse plus depuis 2016, se stabilisant à 61 % en 2018 ; le transport international poursuit, quant à lui, son recul. Le transport national pour les véhicules supérieurs à 3,5 T représente 162 milliards de tonnes dont 75 % en compte d’autrui (transport réalisé par un prestataire et non par le propriétaire des biens).

Au niveau régional :
La région Occitanie se situe au carrefour de 7 autoroutes :
A9, A75, A61, A54, A62, A64, A20

null

de Europe du Nord au Sud (Paris/Barcelone)

null

de l’Europe de l’Ouest à l’Est (Bordeaux/Turin)

null

En 2018, environ 30 millions de tonnes de marchandises échangées en Occitanie et en particulier via des flux routiers sur l’axe littoral (flux vers PACA, Italie, Espagne Allemagne)

Les plus grands transporteurs routiers et logisticiens français et étrangers sont présents aux cotés d’acteurs régionaux dynamiques… A Une projection anticipé, en 2030, une augmentation de plus de 60 % du nombre de poids-lourds sur l’axe littoral qui engendrerait une saturation des autoroutes et des axes routiers. Actuellement, ce sont environ 13.000 poids-lourds qui passent tous les jours au Perthus, en augmentation de 5 % /an, dont la grosse majorité est en provenance d’Espagne et du Maghreb.

Le mode ferré

Au niveau national :
Le transport ferroviaire représente 32 milliards de tonnes-kilomètres transportées en 2018. Le transport conventionnel (qui n’est réalisé ni en conteneurs ni par des véhicules routiers embarqués sur des trains) représente 78,8 % du transport ferroviaire. Le transport ferroviaire combiné non accompagné (conteneurs de marchandises, caisses mobiles et semi-remorques) représente 21,2 % du transport ferroviaire et baisse de 2,5 % entre 2017 et 2018.

Au niveau régional :

null

Le fer a acheminé 7 MT en 2015, concentrés sur la zone de Perpignan (Saint Charles, Le Boulou), Sète et Port la Nouvelle, et Toulouse.

null

850 wagons circulent par jour : 20% en train entier, 46% en transport combiné de conteneurs, 33% en lotissement ou wagon isolé.

null

Environ 70 ITE (Installation Terminale Embranchée) sont actives (en lien contractuel avec RFF)

null

Un potentiel de trafic fret supplémentaire évalué à 6 MT

null

Des enjeux de capacités sur la ligne Montpellier - Perpignan : les projections de flux marchandises et voyageurs vont au-delà des 125 trains jours / sens supportables par la ligne actuelle.

Le mode fluvial

Au niveau national:
Avec 6,7 milliards de tonnes-kilomètres en 2018, le transport fluvial de marchandises représente 1,9 % du transport intérieur terrestre de marchandises (hors oléoducs). Il recule en moyenne de 3,3 % par an depuis 2013, du fait de la baisse de demande de transport de combustibles minéraux et de matériaux de construction.

Au niveau régional :
Deux axes majeurs : Le Rhône et la Saône forment un corridor fluvial qui débouche sur la Méditerranée, en Occitanie, via le Port de Sète ; le canal des Deux Mers de Bordeaux à Sète qui emprunte le canal du midi. Aujourd’hui, transition énergétique oblige, l’intérêt du fluvial en terme d’économie de carburant et de moindre impact sur l’environnement rend de nouveau ce mode de transport attractif. Des études menées par VNF sur le retour du transport sur le canal des Deux Mers démontrent l’intérêt que portent les entreprises à ce mode de transport et ont identifié un potentiel de plusieurs millions de tonnes de fret à transporter.

3 ports fluviaux : Sète, L’Ardoise, Beaucaire

null

Un trafic très faible, réparti 50 % / 50 % en flux entrants et sortants.

null

Un trafic en croissance sur le canal du Rhône à Sète.

null

Depuis 2018, des bateaux de 2.500 tonnes de charge utile (120 de long / 11.40 m de large) ainsi que des bateaux pouvant porter 2 hauteurs de conteneurs (high cube) peuvent circuler.

Le mode fluvial

Au niveau national :
Avec 6,7 milliards de tonnes-kilomètres en 2018, le transport fluvial de marchandises représente 1,9 % du transport intérieur terrestre de marchandises (hors oléoducs). Il recule en moyenne de 3,3 % par an depuis 2013, du fait de la baisse de demande de transport de combustibles minéraux et de matériaux de construction.

Au niveau régional :
Deux axes majeurs : Le Rhône et la Saône forment un corridor fluvial qui débouche sur la Méditerranée, en Occitanie, via le Port de Sète ; le canal des Deux Mers de Bordeaux à Sète qui emprunte le canal du midi. Aujourd’hui, transition énergétique oblige, l’intérêt du fluvial en terme d’économie de carburant et de moindre impact sur l’environnement rend de nouveau ce mode de transport attractif. Des études menées par VNF sur le retour du transport sur le canal des Deux Mers démontrent l’intérêt que portent les entreprises à ce mode de transport et ont identifié un potentiel de plusieurs millions de tonnes de fret à transporter.

3 ports fluviaux : Sète, L’Ardoise, Beaucaire

null

Un trafic très faible, réparti 50 % / 50 % en flux entrants et sortants.

null

Un trafic en croissance sur le canal du Rhône à Sète.

null

Depuis 2018, des bateaux de 2.500 tonnes de charge utile (120 de long / 11.40 m de large) ainsi que des bateaux pouvant porter 2 hauteurs de conteneurs (high cube) peuvent circuler.

Le mode maritime

Au niveau national :
Les grands ports maritimes métropolitains (Marseille, Le Havre, Dunkerque, Nantes, Rouen, La Rochelle, Bordeaux) et Calais concentrent 87,3 % de l’activité portuaire. En tout, 368 millions de tonnes de fret ont été traités en 2018 dont plus de 60 % de vracs, 15 % de marchandises en conteneurs et plus de 22 % en rouliers.

Au niveau régional :
Avec 220 km de côtes, les 3 ports maritimes d’Occitanie ouvrent vers tous les pays du bassin méditerranéen. Ils sont en partie spécialisés.

null

Sète (conteneurs, agroalimentaire, hydrocarbures),

null

Port la Nouvelle (hydocarbures-vrac),

null

Port-Vendres (fruits et légumes).

En 2018, l’ensemble des ports d’Occitanie a traité environ 6 MT (millions de tonnes) contre 96 MT pour Marseille et 50 MT pour Barcelone.

Le mode maritime

Au niveau national :
Les grands ports maritimes métropolitains (Marseille, Le Havre, Dunkerque, Nantes, Rouen, La Rochelle, Bordeaux) et Calais concentrent 87,3 % de l’activité portuaire. En tout, 368 millions de tonnes de fret ont été traités en 2018 dont plus de 60 % de vracs, 15 % de marchandises en conteneurs et plus de 22 % en rouliers.

Au niveau régional :
Avec 220 km de côtes, les 3 ports maritimes d’Occitanie ouvrent vers tous les pays du bassin méditerranéen. Ils sont en partie spécialisés.

null

Sète (conteneurs, agroalimentaire, hydrocarbures),

null

Port la Nouvelle (hydocarbures-vrac),

null

Port-Vendres (fruits et légumes).

En 2018, l’ensemble des ports d’Occitanie a traité environ 6 MT (millions de tonnes) contre 96 MT pour Marseille et 50 MT pour Barcelone.

Le mode aérien

Au niveau national :
Le fret aérien demeure très faible : 2,3 millions de tonnes de marchandises (hors poste et courrier) sont traitées dans les aéroports français (en comptabilisant une seule fois les tonnes transportées à l’intérieur de la France). Il concerne essentiellement le transport international de marchandises (93 % du total du fret aérien).

Au niveau régional :
3 aéroports régionaux de fret :
Nîmes, Montpellier, Toulouse offrent des installations dédiées pour traiter les trafics de marchandises. L’aéroport de Toulouse Blagnac est au deuxième rang français pour le fret, et est en particulier Pré par les activités d’Airbus. On y retrouve tous les grands acteurs du fret express mais aussi des compagnies charter de fret comme Cargolux.

Le mode aérien

Au niveau national :
Le fret aérien demeure très faible : 2,3 millions de tonnes de marchandises (hors poste et courrier) sont traitées dans les aéroports français (en comptabilisant une seule fois les tonnes transportées à l’intérieur de la France). Il concerne essentiellement le transport international de marchandises (93 % du total du fret aérien).

Au niveau régional :
3 aéroports régionaux de fret :
Nîmes, Montpellier, Toulouse offrent des installations dédiées pour traiter les trafics de marchandises. L’aéroport de Toulouse Blagnac est au deuxième rang français pour le fret, et est en particulier Pré par les activités d’Airbus. On y retrouve tous les grands acteurs du fret express mais aussi des compagnies charter de fret comme Cargolux.

Menu