Du matériel intégrant de plus en plus de technologie

  1. Nos priorités
  2. Innovation
  3. Du matériel intégrant de plus en plus de technologie

Les tâches logistiques et le matériel que la logistique utilise sont propices à l'intégration des nouvelles technologies produites par d'autres secteurs.

Des véhicules équipés de technologies de plus en plus perfectionnées.

Véhicules connectés

GPS, géolocalisation, systèmes de contrôle des données-clés telles que la consommation, la température pour les flux sous température dirigée, etc.

Véhicules réceptifs avec des technologies embarquées

pour lire l’environnement : adaptation de la vitesse et du régime moteur à la topographie de la route, pour recevoir les informations captées par d’autres sur leur parcours : communication de véhicule à véhicule (V2V) de données relatives à la congestion, aux travaux en cours, pour connecter plusieurs véhicules dans un convoi réglé pour suivre les changements de vitesse du véhicule de tête (platooning).

Véhicules autonomes

la manipulation automatisée des marchandises, déjà répandue au sein des entrepôts, commence à s’étendre à la voie publique, notamment pour les derniers kilomètres de la livraison en ville. De nombreux robots de livraison, petits appareils autonomes pouvant transporter des colis avec des charges de plus de 300 kgs un colis ou un repas, ont déjà fonctionnent. Comme dans l’industrie, remplacer l’homme (le livreur) par la machine (le drone ou le robot) a pour objectif principal de réduire le coût, mais ces engins peuvent aussi être utiles dans des contextes spécifiques (drones pour livrer rapidement des zones reculées, ou devenues inaccessibles). La société occitane, Tweenwheel, fabrique des droïdes et des robots porte-charge, pour l’industrie ou l’assistance à personnes. Elle livre des grands comptes comme Renault, Nissan, Sncf ou Siemens, qui les utilisent sur leurs chaînes de montage, ainsi que le Groupe La Poste qui les testent pour les tournées sur Toulouse ou Montpellier.

La notion de véhicules autonomes s’applique aussi au transport ferroviaire et maritime.

Des contenants (box, boîtes, caisses, conteneurs) de plus en plus intelligents, communiquants et interopérables.

Les outils et moyens de manutention bénéficient aussi des avancées technologiques

null

La collaboration homme-machine se développe :

Terminaux mobiles pour le « pick-to-light », « voice picking ».
Cobots (robots collaboratifs) permettant de décharger l’homme des tâches les pluspénibles et/ou répétitives et ainsi de limiter les TMS. Systèmes « goods to man » ourobots autonomes apportant la marchandise à l’opérateur.
Outils pour aboutir à un « opérateur augmenté » en matière de manutention, de pickingou d’optimisation des chargements tels que exosquelette et ergosquelettes, lunettesde réalité augmentée ou encore bras zéro gravité.
null

Les outils classiques sont sans cesse perfectionnés et des solutions implantables sur du matériel existant contribuent aussi à le rendre plus performant (transformation de chariots classiques en engins autonomes par exemple).

null

Des outils et systèmes de chargement et de déchargement simplifiés et plus rapides facilitent la mobilité (Concept Metrocargo par exemple).

L'immobilier logistique tire part de la technologie pour produire des entrepôts plus fonctionnels et moins énergivores

null

Des entrepôts connectés ou bâtiments intelligents conçus autour du machine learning et de l'intelligence artificielle (IA).

Grâce à des capteurs ou à des beacons, les machines, chariots, convoyeurs ou même drones sont interconnectés en temps réel pour toujours plus d’efficacité dans la gestion des stocks et des opérations liées.

Grâce à la capacité des algorithmes à apprendre eux-mêmes et de s’enrichir des données soumises, l’entrepôt peut réaliser davantage de prévisionnel et de prédictif.

L’architecture informatique de ces entrepôts étant extrêmement puissante et ouverte,elle permet les échanges et le transfert de données avec l’ensemble des prestataires et/ou des clients.

null

Des bâtiments mixant des activités pour une meilleure rentabilisation du foncier (Concept d'hôtel logistique développé par Sogaris, partage temporel d'un même lieu par plusieurs opérateurs).

Menu