Une filière peu innovante ?

La filière logistique investit beaucoup moins directement que d’autres secteurs industriels dans l’innovation. En revanche, une de ses caractéristiques, depuis le début des années 1980, est sa capacité à mobiliser des technologies « génériques » pour les adapter à ses besoins, à les mixer avec des technologies spécifiques, et ainsi, à composer des systèmes originaux. Ce mécanisme indirect est générateur d’innovation à l’échelle économique globale.

Système pick-to-light

Par ailleurs, il convient de se rappeler que l’innovation n’est pas seulement technique. Les acteurs logistiques sont confrontés à des demandes de plus en plus complexes (voir  « De nouveaux modèles qui impactent la logistique »), dans un environnement de plus en plus contraint (réglementations, concurrence).

Toutefois, si toute innovation organisationnelle, technique ou numérique permettant d’améliorer la productivité et le service rendu est intégrée par les logisticiens, ce sera à des rythmes très différents selon la taille et l’activité des opérateurs. En effet, les TPE et PME, qui représentent la grande majorité des acteurs du secteur en Europe, ont des capacités d’investissement réduites.

Système pick-to-light

Par ailleurs, il convient de se rappeler que l’innovation n’est pas seulement technique. Les acteurs logistiques sont confrontés à des demandes de plus en plus complexes (voir « De nouveaux modèles qui impactent la logistique »), dans un environnement de plus en plus contraint (réglementations, concurrence).

Toutefois, si toute innovation organisationnelle, technique ou numérique permettant d’améliorer la productivité et le service rendu est intégrée par les logisticiens, ce sera à des rythmes très différents selon la taille et l’activité des opérateurs. En effet, les TPE et PME, qui représentent la grande majorité des acteurs du secteur en Europe, ont des capacités d’investissement réduites.

La grande majorité des innovations enregistrées ces dernières décennies dans le secteur de la logistique sont organisationnelles, les technologies ne venant que rendre possibles l'élaboration de nouveaux schémas et modes de fonctionnement innovants.

La logistique aime combiner différents types d'innovations

L’innovation technique et numérique

Parmi les innovations en cours de diffusion aujourd'hui, certaines peuvent paraitre menacer l'activité des prestataires T&L. Ainsi, l'impression 3D, le Big Data ou le développement des véhicules autonomes pourraient laisser présager un transport de marchandises réduit,complètement automatisé et réalisé à nouveau en compte propre par les chargeurs.Mais la filière peut aussi en tirer parti pour évoluer vers de nouveaux services et/ou champs d'activité, même si une vigilance s'impose sur le tissu de TPE/PME, souvent mal armées pour investir humainement et financièrement dans les TIC, d'où un besoin d'accompagnement.

L’innovation organisationnelle

Elle consiste à mettre en œuvre une nouvelle méthode d'organisation dans les pratiques de l'entreprise, l'organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de l'entreprise. Cette innovation a souvent un impact sur les procédés (nouvelles méthodes de fabrication) de l'entreprise et vice-versa.Si des innovations techniques sont susceptibles d'améliorer la compétitivité des entreprises, de l'avis de tous les experts, les véritables avantages concurrentiels, mais aussi les sources de progrès en termes de développement durable, sont plutôt à rechercher dans les innovations organisationnelles.

L’innovation de service

L'innovation de service est une innovation qui apporte de la valeur ajoutée au client. Elle découle moins d'une innovation R&D formelle que de la diffusion des connaissances et des liaisons réseau– collaborations, des liens avec les clients et les fournisseurs (d'où l'importance du rôle des clusters).

La logistique aime combiner différents types d'innovations

L’innovation technique et numérique

Parmi les innovations en cours de diffusion aujourd'hui, certaines peuvent paraitre menacer l'activité des prestataires T&L. Ainsi, l'impression 3D, le Big Data ou le développement des véhicules autonomes pourraient laisser présager un transport de marchandises réduit,complètement automatisé et réalisé à nouveau en compte propre par les chargeurs.Mais la filière peut aussi en tirer parti pour évoluer vers de nouveaux services et/ou champs d'activité, même si une vigilance s'impose sur le tissu de TPE/PME, souvent mal armées pour investir humainement et financièrement dans les TIC, d'où un besoin d'accompagnement.

L’innovation organisationnelle

Elle consiste à mettre en œuvre une nouvelle méthode d'organisation dans les pratiques de l'entreprise, l'organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de l'entreprise. Cette innovation a souvent un impact sur les procédés (nouvelles méthodes de fabrication) de l'entreprise et vice-versa.Si des innovations techniques sont susceptibles d'améliorer la compétitivité des entreprises, de l'avis de tous les experts, les véritables avantages concurrentiels, mais aussi les sources de progrès en termes de développement durable, sont plutôt à rechercher dans les innovations organisationnelles.

L’innovation de service

L'innovation de service est une innovation qui apporte de la valeur ajoutée au client. Elle découle moins d'une innovation R&D formelle que de la diffusion des connaissances et des liaisons réseau– collaborations, des liens avec les clients et les fournisseurs (d'où l'importance du rôle des clusters).

Menu